L’histoire des colonies de vacances

colonies de vacances

Publié le : 02 mai 201611 mins de lecture

Depuis la nuit des temps, les enfants participaient aux travaux de la communauté plus qu’ils ne prenaient de vacances. D’ailleurs, cette notion n’apparue qu’au moyen-âge avec les universités. Afin de rendre disponibles les étudiants pour les moissons, les vacances estivales firent leur apparition. Cela ne touchait de toute façon qu’une infime minorité de la population. Elles allaient, cependant, perdurer et s’étendre aujourd’hui à la majorité d’entre nous.

Au cours de siècles suivants, l’éducation scolaire était essentiellement prodiguée par le clergé. Il fallut attendre le 18ème siècle pour voir arriver l’apparition du concept d’enseignement public. Il fut développé par Napoléon avec la création du baccalauréat .Mais ce n’est pas pour autant que les enfants bénéficiaient de vacances dans le sens où nous l’entendons de nos jours. D’ailleurs, pendant cette période de fermeture des écoles, ils travaillaient, dans leur grande majorité, aux champs avec leur famille. A cette époque, l’essentielle des activités économiques étaient agricoles. De plus, ces écoles étaient pour la plupart payantes et seuls les plus riches pouvaient en bénéficier.Bien que certaines fussent presque abordables dans leur prix, un enfant à l’école était une paire de bras de moins au travail !

A partir de la révolution industrielle, dès le milieu du 19ème siècle, l’exode rural commença et les enfants travaillèrent de plus en plus à la mine ou à l’usine. Pendant ce siècle, la législation du travail des enfants tendit à se durcir. Un âge minimal fut instauré ainsi que la réglementation du temps de travail et des horaires.

En France, le travail des mineurs de moins de 16 ans fut complétement proscrit à partir de 1953.

1881, par les lois Ferry, l’école fut rendue obligatoire et gratuite aux enfants de moins de 16 ans mais, cependant elles durent concéder à maintenir la fermeture pendant les périodes de moissons pour que les enfants puissent travailler aux champs. Mais déjà la proportion d’ouvriers ne cessait de progresser et le nombre d’élèves sans activité avec.

Depuis les années soixante, les femmes travaillent de plus en plus et les familles habitent les zones urbaines. Les colonies de vacances sont donc devenues, au cours de ses dernières décennies, la possibilité de faire garder ses enfants pendant les vacances. Sans oublier la dimension sociale, pour près d’un tiers c’est la seule manière de partir en vacances et de découvrir d’autres horizons.

Les colonies de vacances, une inspiration sanitaire

La création de l’expression «colonie de vacances » et de sa mise en pratique est attribuée au pasteur Hermann Walter Bion. En 1876, il organise le premier séjour d’enfants à la montagne. Ils furent 68 à en bénéficier, encadrés par une dizaine d’adultes accompagnateurs.

Devant les résultats concluants, l’expérience se renouvela les années qui suivirent et s’entendit par contagion dans les alpes françaises. Et l’on commença à voir apparaître l’été des camps de vacances.

Cette démarche avait une vocation sanitaire. Persuadé que l’air des sommets, que le sport et une bonne hygiène de vie étaient source de bonne santé, le pasteur et d’autres convaincus n’eurent de cesse de développer le concept. Les conditions de séjour étaient rustiques et les activités proposées étaient simples. Les granges à foin servaient d’hébergement et les promenades, les travaux ménagers et la cueillette étaient au programme.

A l’époque, la médecine n’était pas aussi performante cependant elle avait constaté que l’air de l’altitude produisait des effets bénéfiques sur la santé de certains malades.A partir du 19ème, apparurent les centres de convalescence ou sanatoriums dans les montagnes françaises. Concomitamment, les centres de vacances d’été eux se multiplièrent.

Les centres de loisirs : une inspiration populaire et laïque

La ligue de l’enseignement fut créée en 1866 par Jean Macé. Elle fut l’inspiratrice de la gratuité et de la laïcité pour l’enseignement en France. A partir de 1886, soutenue par les pouvoirs publics, elle développa les patronages, les centres de loisirs, les mutuelles et les premiers séjours dans des centres de vacances.

Entre les deux guerres mondiales, elle contribua à des œuvres périscolaires pour les enfants des classes populaires et moyennes en leur permettant l’accès à des activités culturelles et sportives telles que la peinture, le théâtre et les terrains de sport.

La plupart des créations de centres de vacances se firent dans les années 1920 et jusqu’à la seconde guerre mondiale. Cette dernière mit un terme à toutes ses bonnes volontés. Par la suite, l’état français prit le relais avec efficacité.

Les colonies de vacances, une inspiration sociale

Dans l’entre-deux guerres, les municipalités de gauche commencèrent à développer à travers leurs services sociaux les séjours de vacances, appelés aussi colonies de vacances. Des organisations sociales développèrent aussi ce concept comme les associations de mineurs et de cheminots.

Avec le front populaire, en 1936, les travailleurs français obtinrent deux semaines de congés payés. Le concept avait besoin d’être structuré. L’état décida donc de créer une école pour former les accompagnateurs de ces camps de vacances.Puis, En 1938, les directeurs de colonies furent formés afin d’obtenir une homogénéisation des compétences.

Pour la première fois un secrétaire d’état se trouvait en charge ses sports et des loisirs. Ce fut les prémices et la construction des bases qui constitueront nos colonies de vacances actuelles.

Les camps de vacances, une inspiration religieuse

De leur côté, les organisations religieuses développèrent, elles aussi, des camps de vacances. Et de nombreuses paroisses et écoles privés organisaient des séjours d’été pour les enfants.

A partir des années 1920, l’on retrouve « l’inspiration religieuse » à travers les camps scouts car l’église reconnu le mouvement et s’y intégra. Beaucoup d’organisations scoutes sont gérées par des religieux ou des catholiques fervents. Il faut cependant préciser que toutes les organisations scoutisme sont pas religieuses.

Depuis, notre société est devenue moins attachée à la tradition et à l’éducation religieuse et ces colonies de vacances tendent à disparaître ou plutôt à se transformer. Les facteurs économiques ont eu leur rôle à jouer car sans un soutien financier de l’état, l’organisation de tels camps ne pourrait survivre. Cependant les activités de week-end ou de petites vacances perdurent largement

Les camps de vacances : Le scoutisme

Il a été créé officiellement par Baden Powell en Angleterre en 1907 suivi en France dès 1909. L’objectif de ces groupes est de transmettre des valeurs comme la solidarité, l’entraide et le respect.

Les bases de Baden Powell, pour le scoutisme, étaient à l’époque.

  • Santé
  • Sens du concret
  • Personnalité
  • Service
  • Sens de Dieu

L’organisation des camps était et reste par tranches d’âge comme d’ailleurs toutes les colonies de vacances.

Baden Powell organise son premier camp de vacances avec une vingtaine de jeunes garçons. Cette idée fut reprise à travers le monde et connut un essor considérable avant de s’essouffler dans les années 70. Son extension s’est faite surtout dans tous les pays anglophones, Canada, USA, Nouvelle Zélande mais aussi dans de nombreux pays européens.

Les colonies de vacances : Une réalité sociale

A la fin de la seconde guerre mondiale, en 1947, c’est l’état français qui financera 90% des colonies de vacances directement ou indirectement. A cette époque, la plupart des grandes sociétés sont publiques et leurs comités d’entreprise construisent les infrastructures dont, encore aujourd’hui, une grande partie du parc immobilier est dédiée aux centres de vacances. En 1954, le premier diplôme national de moniteur voit le jour afin de s’assurer de la sécurité des enfants et pour que les activités proposées soient adaptées à leur âge. Depuis la réglementation ne fait que suivre l’évolution sociale et sanitaire de notre pays. Le diplôme d’animateur et de directeur de colonies de vacances est un gage de sécurité donné aux parents.

Quasiment toutes les communes proposent maintenant des séjours pendant les périodes de vacances et ceci quelle que soit la couleur politique. Les collectivités fournissent des aides financières aux parents et assurent les investissements des lieux d’hébergement.

En plus de tout cela, pour les plus démunis d’entre nous, des associations caritatives proposent des camps d’été, comme le Secours Populaire, le Secours Catholique et d’autres encore. Il existe également des chèques vacances fournis pour les centres sociaux qui permettent de participer aux frais de séjours.

Et aujourd’hui

Avec la cinquième semaine de congé payé, la semaine de 35 h, notre société est passée dans l’aire du loisir. Les colonies de vacances sont à l’image de notre époque, elles se déclinent par thèmes et offrent un large choix de destinations et d’activités.

  • Il en existe par spécialité sportive comme les colonies équitation.
  • Il en existe par thème culturel comme les colonies cirque ou les colonies théâtre.
  • Il en existe par type d’hébergement comme la roulotte ou le camping.
  • Il en existe pour des séjours linguistiques.
  • La durée des séjours a changé de 4 semaines, il est possible maintenant de partir que 2 semaines.
  • La période a changé, d’estivale, maintenant il est possible de partir en colonie pendant toutes les périodes de vacances.
  • Les normes sanitaires et d’hygiène ont progressé afin d’offrir aux enfants un cadre sécurisé et une alimentation saine.

Ce qui n’a pas changé : les colonies de vacances donne l’opportunité à de nombreux enfants défavorisés de partir en vacances et pour les autres de découvrir de nouveaux lieux et de nouvelles activités.

Plan du site